Le syndrome du célibataire trentenaire

Forte de ma grande expérience avec les hommes…euh, disons plutôt suite à mes dernières rencontres virtuelles ou réelles j’en viens à constater, pour mon grand malheur, qu’il existe une maladie qui atteint de plus en plus d’hommes agés d’une trentaine d’années. Alors je ne sais pas si c’est un virus ou si c’est génétique, quoiqu’il en soit je pense créer une association pour récolter les fonds nécessaires à la recherche d’un vaccin/médicament/opération pour soigner ces pauvres hommes atteints.

De quoi elle parle la Steph? Ben je vous explique, j’ai constaté l’apparition du syndrome suivant chez nos amis masculins : j’ai 30 ans, je suis célibataire, en général depuis un petit moment, je ne veux pas m’engager, par contre je veux bien te sauter!

Mais vous allez me dire que parfois moi aussi je tiens ce discours. Oui j’aime mon célibat, je fais ce que je veux, j’ai pas envie de perdre cette liberté, du coup je ne suis pas vraiment sûre de vouloir me caser. Sauf qu’une fille (et là les mecs ne retenez quand même pas trop ce que je vais dire) parfois quand ça dit non, ça veut dire oui. Alors de là à comprendre qu’un mec qui dit qu’il ne veut pas se mettre en couple, ça veut réellement dire qu’il ne veut pas être en couple, bah c’est compliqué pour moi.

Et le problème avec ce syndrome, c’est que je ne tombe que sur des mecs qui en sont atteints. Au bout d’un moment je me demande si sur ma tête on peut lire « fille à baiser ». Et me dite pas qu’ils se passent le mot puisque tous les derniers spécimens que j’ai croisé ne se connaissaient absolument pas.

Alors je vous vois venir, vous allez me dire que si ça marche pour eux c’est qu’en face il y a des filles qui acceptent la situation. Moi la première. Mais en réalité ce qui se trame à l’intérieur du cerveau féminin, dans ce genre de situation, ça va plutôt être : j’ai 30 ans, je suis célibataire aussi, tu me plais, je suis en manque d’affection, du coup pourquoi pas me faire sauter par toi, on ne sait jamais je serai peut être celle qui te donnera envie de t’engager…

Heureusement je sais qu’il y en a certains qui sont immunisés contre cette maladie, ou qui en sont sortis guéris. Des mecs bien, ou normaux selon la définition féminine de la normalité, qui sont prêts à s’engager, à nous considérer comme l’unique et à ne pas aller voir ailleurs, il y en a il suffit juste de le trouver.

Mais revenons-en à nos malades, s’ils continuent comme ça à ne pas vouloir s’engager à 30 ans, on va se retrouver avec une génération de vieux garçons dans quelques années, ça va pas le faire du tout ! Oui parce que s’il y a cette explosion démographique de célibataires masculins ça voudra dire qu’on trouvera l’équivalent chez les femmes. Apres le babyboom, le papyboom, il va y avoir le celiboom! Vite faites vos dons, pour éradiquer cette maladie 🙂

 

tu peux désormais retrouver cet article et tous les autres ici : banniere

Publicités

24 juin 2012. Étiquettes : , , . Toi + Moi = Quoi?.

44 commentaires

  1. DarkGally replied:

    Je suis tellement fan de ton article (presque aussi bon que si je l’avais écrit dis ! que je vais le partager ^^

  2. DarkGally replied:

    Bon maintenant t’arrêtes, tu vas me faire de l’ombre !
    (je déconne hein)

  3. Emilie Sunny replied:

    Je suis tout à fait d’accord avec ton article! mais oui, il paraît que des gars normaux existent encore…je n’en ai pas encore rencontré c’est tout ^^

  4. blogdemissbavarde replied:

    bon bah j’espère bien que celui que je vois en ce moment est normal, il a l’air en tout cas 🙂

    • steph189 replied:

      en tout cas j’ai pensé à toi en écrivant qu’heureusement il existait des mecs normaux 😉

  5. lheureuseimparfaite replied:

    😀 comment dire, je crois que ce syndrome touche une classe d’âge plus vaste de la population masculine…

    • steph189 replied:

      c’est encore plus grave que ce que j’imaginais alors 😉

  6. Ma BoSs replied:

    « C’est vieux garçons » pourront tjs être des pumas …

    • steph189 replied:

      oui et nous des cougars? j’espère ne pas en arriver là…

  7. sylvain replied:

    Alors j’arrive ici après une histoire de bordel (les suiveurs comprendront) et j’avoue qu’en tant que trentenaire du genre masculin, je me délecte de ces qq articles sur le célibat.
    Pour commencer, je signalerai un point commun, la difficulté de LA rencontre dans la jungle urbaine. Je confirme. Après avoir fait le tour de toutes les copines de copines de tes amis en couple, c’est le désert.
    Pour continuer et apporter de l’eau au moulin, je vais partager mon expérience assez répétitives avec les célibatairEs trentenaires. L’objectif est clairement de coucher ensemble dans un premier temps, c’est hormonal, voir bestial. Par contre ça n’empêche pas de respecter la personne et de mettre son instinct animal de côté (au moins un moment tant qu’on n’a pas conclu…). Le couple se construit dans un second temps pour un mec. Après si une nana me dit directe qu’elle ne cherche pas de plan cul mais qq avec qui construire qq chose, au moins c’est clair et je ne serais pas contre. Soyez honnête dès le début de vos rencontres et vous éviterez des désilusions.
    Pour conclure, beaucoup de nana m’ont fait flipper, car la plupart du temps la fille cool avec qui je sortais et partager des moments sympas subit une sorte de déclic. Moi je le traduis en « Ca y’est, j’ai enfin mis le grappin sur un mec » et la relation change radicalement. Perso ça me fait peur et je crois que c’est ce que vous nommez « la peur de l’engagement ».
    A mon sens l’engagement se joue sur la durée et pas de façon binaire du jour au lendemain.
    L’engagement c’est sur la durée, c’est un marathon et c’est vrai qu’après 30ans on a peut-être peur de ne pas avoir commencer la course en ayant perdu la condition physique (métaphore JO inside :).
    Merci en tout cas pour se partage de vie.

    • steph189 replied:

      Déjà merci d’avoir pris le temps de donner ton avis. Je trouve ça toujours très intéressant de connaître l’opinion des autres, surtout d’un homme. En plus c’est la première fois que quelqu’un me parle de ce déclic qu’on pourrait avoir, je ne l’ai jamais réalisé mais je risque d’y réfléchir une bonne partie de la journée 😉 merci de ton passage sur mon blog cher amateur de Bordel et peut-être à une prochaine pour un nouvel avis!

    • Mec_Lambda replied:

      Exactement, à partir de 30 ans, les femmes perdent leur naïveté, elles ne cherchent plus une belle histoire, mais un mec avec qui se caser définitivement après avoir papillonné !!!

  8. thibaut replied:

    bonsoir, si on me permet de laisser mon avis:
    le grand débat sur la difficulté de la rencontre dans la « jungle urbaine »… je suis père d’un enfant de 9 ans et célibataire depuis 3 ans.
    depuis 2 ans je recherche mais pas trop activement quelqu’un qui souhaiterai vivre ou refaire sa vie avec quelqu’un de « normal » (le mot est à la mode en ce moment) mais c’est peine perdue.
    depuis 3 ans je rencontre des gens, quelque fois même des femmes, qui sont soit en couple, soit mariées/pacsées, soit homo (ce qui n’ôte rien à leur charme), soit célibataires (ah miracle) mais sans travail, sans amis, dans la mer..e financière et moches (si si, il y en a qui cumulent).
    je travaille, et je ne vis donc que pour mon fils (et moi quand il veut bien dormir…), j’ai peu de loisir (balades en quad « en famille de 2 »), ne sort donc aussi jamais en Boite (par gout, dépit, et surtout par impossibilité physique puisque j’ai mon fils à la maison 7/7j).
    Donc depuis 3 ans je suis un célibataire « asexué » que ses collègues regardent comme un extraterrestre: »ah bon! et depuis 3 ans!! mais comment tu fais?? » et viennent à rajouter « moi, je pourrais pas! » – la bonne blague, comme si c’était un choix!
    alors les phrases toutes faites comme : vive le célibat! c’est la liberté retrouvée! et bien ces phrases là me font sourire. sourire avec un petit rictus amer. comme dit la chanteuse, « je hais les couples qui me rappellent que je suis seul(le) ».
    je conclurai par: Mesdames, arrêtez la télé et les romans à l’eau de rose. Superman est un fantasme ridicule. il y a autour de vous des tas d’hommes très bien qui ne demandent qu’à vous aimer. une seule chose revoyez sérieusement vos exigences masculines à la baisse, au final vous en sortirez gagnante. et peut-être que nous aussi…

    • steph189 replied:

      Sans méchanceté aucune, d’après ce que tu me dis il n’y a pas de femmes célibataires qui te conviennent. Ton discours tend à faire penser que toi aussi tu es exigent…
      Blague à part, je sais que les rencontres ne sont pas évidentes, j’imagine que d’avoir à élever un enfant ne facilite pas les choses. Maintenant je te souhaite de trouver quelqu’un de bien, et mer*e à tes collègues!

      • thibaut replied:

        exigent? peut-être un petit peu mais inconsciemment, mais avec un enfant je le doit un minimum. je ne suis pas obtus mais la dernière que j’ai rencontré se droguait devant sa fille de six ans… j’ai l’esprit large je pense, mais j’ai des limites.

      • steph189 replied:

        non mais là c’est clair!
        comme quelqu’un me l’a suggéré sur un autre article, il ya le site OnVaSortir qui peut être pas mal pour faire des rencontres (même simplement amicales) puisque le principe c’est de faire des activités ensemble, du coup il y a peut-être des trucs sympa pour les parents célibataires… je te dis ça mais tu connais peut-être 🙂

  9. Pierre replied:

    Bonjour,
    Merci pour ce post. La vision masculine des choses serait peut-être ce blog : http://chronique-dun-celibataire-parisien.blogspot.fr/2012/09/letoile-de-mer-episode-1-les-sites-de.html
    Juste une question : pourquoi les blogs de célibataires parisien(ne)s trentenaires tournent-ils presque exclusivement autour des relations homme-femme ? Question c… mais néanmoins fondamentale, si l’on veut dépasser le stade du « je pense avec mes hormones ».

    • steph189 replied:

      je te répondrai que les célibataires trentenaires dans l’ensemble souhaitent ne pas le rester, alors ils/elles exposent leurs interrogations sur leur blog, afin d’échanger et peut-être de mieux comprendre la psychologie de l’autre sexe… mais on en parle pas que de ça non plus!

      • Pierre replied:

        Oui, et c’est flippant de voir que tout le monde est atteint du même syndrome. La psychologie de grand-mère dit pourtant que former un couple c’est regarder dans la même direction, pas se regarder le nombril l’un de l’autre (aussi beau soit-il, il finira par se friper).
        Bonne chance dans votre quête.

      • steph189 replied:

        Je pense que c’est bien d’essayer de se comprendre aussi…
        Merci en tout cas 🙂

  10. Mec_Lambda replied:

    Le problème est assez simple, les mecs trentenaires en ont assez de toutes les nanas nombrilistes qu’ils ont côtoyés pendant qu’ils avaient la vingtaine et qui préféraient sortir qu’avec des cons, et après elles te mangent dans la main à partir de 30 ans pour se casser en vitesse avec un mec lambda !!!

    Les pigeons trentenaires, ça n’existe pas mesdames, vous vous êtes faites sauter pendant la vingtaine par les meilleurs morceaux pendant que le mec de base vous regardait avec douleur vous fourrer dans les bras d’un autre !!!

    Maintenant, les meilleurs morceaux se sont casés, et maintenant, c’est à nous de nous amuser !!!

    • steph189 replied:

      Je ne serai pas aussi radicale. La situation que tu décris est sûrement vraie pour certaines. Mais il y a aussi beaucoup de filles qui se retrouvent célibataires vers la trentaine en ayant été en couple un certains temps avec un mec lambda, sauf que ce n’était pas forcément celui avec qui elles se voyaient finir leurs jours (ou inversement).
      Ensuite, sans remettre en question ce post je dirais qu’aujourd’hui je ne pense plus la même chose et ne pourrais plus l’écrire. On évolue tous, et on peut changer d’avis sur les relations, notamment perdre son aigreur envers le sexe opposé, ce qui permet d’être bien dans ses pompes et prêt a entamer une nouvelle histoire…

      • Mec_Lambda replied:

        En attendant, j’ai perdu toute ma jeunesse avec ces conneries, c’est clair je suis en retard, parce que je plaisait pas a l’époque plutôt le mec avec qui on veut se caser mais pas s’amuser. C’est pas grave la jeunesse doit se faire de toute ,façon même si certaines cherchaient un futur mari. Elles auront des mecs pas sérieux

  11. louloute replied:

    j’ai 29 ans, bientôt trente!! et je suis tout a fait d’accord avec toi steph. Je me suis mm remise en question sur le fait de tomber sur de tels individus! Je pense aussi que certains d’entre eux sont des desespérés des histoires sentimentales, trop décu par leurs relations passées!,
    bien à toi, ca fait du bien de savoir qu’on ne soit pas seule à penser cela!

    • steph189 replied:

      Il ne faut pas se remettre en question pour ce genre de personnes.
      Depuis cet article mon avis sur la question a un peu changé et je pense qu’on a tous besoin de se trouver avant de trouver quelqu’un. Et parfois en se cherchant on peut être atteint de connard-attitude… j’en parle ici http://wp.me/p2m1J9-o5
      en tout cas je te souhaite de tomber sur quelqu’un de bien 🙂

  12. Lis-moi si tu veux replied:

    Je viens seulement de tomber sur ton article, et j’ai bien rigolé, car j’ai automatiquement pensé à quelqu’un. Merci pour cette dose de sourire que j’ai eu grâce à ton article 🙂

  13. Chronique d'un trentenaire celibataire parisien replied:

    Je vais apporter mon eau à ce moulin puisque je découvre ce soir ce post ancien. Au passage, je remercie le dénommé Pierre pour son partage de l’adresse de mon blog.

    Alors, en fait, je ne suis pas du tout d’accord avec toi Stef. Mais alors pas du tout du tout… Non pas qu’il n’y a pas des mecs phobiques de l’engagement mais que non seulement je pense que il y en a aussi chez les trentenaires filles mais en plus que même celles qui disent vouloir s’engager ne le veulent qu’en apparence…
    Et j’en veux pour preuve mes 3 années de célibat après de nombreuses années en couple.

    Alors, on trouve quoi chez ces demoiselles ?
    Mettons de côté les givrées de tout poil dont on retrouve le pendant dans la gent masculine.
    Il nous reste quoi ? Les blessées de la vie. Eh oui… y a t-il un vaccin contre ça ? J’ai bien peur que non. Et elles représentent une écrasante majorité chez les trentenaires féminines. La trentenaire blessée, qui est-elle ? Une fille qui a vécu une ou plusieurs relations longues qui se sont terminées par des ruptures douloureuses (tromperies, mecs qui changent en mal, etc…) et qui sont devenues souvent :
    1) Incapables d’aimer ou qui s’auto-convainquent qu’elles aiment alors que ce n’est pas le cas.
    2) Méfiantes vis-à-vis des hommes ou de l’amour en général
    3) Trouvent qu’on ne tombe pas amoureux d’elle assez vite
    4) Trouvent qu’on s’accroche trop vite

    (à ce sujet, lire mon post sur « Question de timing » sur mon blog :
    http://chronique-dun-celibataire-parisien.blogspot.fr/2012/11/question-de-timing.html

    Bref, j’ai lu plus haut un intervenant qui disait qu’il cherchait une fille « normale ». Et bien, il est vrai qu’il n’a pas tort. Je fais partie de ces mecs qui auraient été tout à fait prêts à l’engagement avec une fille « normale »… (évidemment, ça ne suffit pas pour aimer mais alors que je n’aurai jamais eu cette idée saugrenue il y a 3 ans, c’est aujourd’hui un pré-requis !).

    Je ne pense vraiment pas exagérer. Les sites de rencontres y sont probablement pour quelque chose. Au fond, la trentenaire aimerait bien s’engager mais comme elle a du mal à digérer ses blessures et ses échecs, elle cherche continuellement un mec parfait qui n’existe pas et c’est souvent ELLE qui remettra en cause la relation avec un mec qui aurait voulu s’engager. J’affirme que cet état d’esprit concerne une écrasante majorité des filles trentenaires. En gros comme un filtre sur la quasi totalité de la population féminine trentenaire.
    Alors que chez les mecs, il y a une réelle dichotomie entre les phobiques de l’engagement et ceux qui y sont favorables.

    Filles normales, sympas et mignonne qui ne veulent pas « que » baiser ou se venger de leur ex, où êtes-vous ?

    • steph189 replied:

      je ne doute pas une seconde qu’il existe le même genre de maladie chez les femmes. C’est surement une MST!
      Ce que tu dis est complètement vrai, ce que j’ai écris en juin dernier je le pensais également (j’en avais gros sur la patate à ce moment). Maintenant je le pense moins… Mais j’aime bien ce post parce qu’il me fait rire, il venait du coeur aussi, et puis avec vos commentaires il est très vivant 🙂

  14. alistercameron replied:

    Terrible ton celiboom 😉 !!! Comme je comprend tout à fait ton point de vue mais je t’assure j’ai v’la les pote célibataire homme qui cherche à se caser et ce sont les nanas qui fuient l’engagement… Comme quoi on a aussi parfois du mal à vous comprendre mesdames ^^

  15. plumechocolat replied:

    Intéressant tous ces commentaires. Je dirais qu’en effet, en tant que femme, j’observe souvent qu’il manque chez les hommes cet état d’esprit où l’on sent qu’ils ont envie de s’engager. Il ne s’agit pas non plus d’attendre qu’ils s’engagent trop vite et sans réflexion, les femmes n’y sont pas prêtes non plus, mais juste sentir qu’ils ont sincèrement envie d’une belle relation. Souvent, c’est un peu ambivalent (je ne dis pas que ça ne peut pas non plus l’être chez les femmes), ils disent vouloir un truc sérieux mais en même temps si un plan pas trop sérieux se présente, ils prennent aussi. Ca ne donne pas vraiment confiance. Après, se pose aussi la question du timing, mais je pense que même en couple depuis 25 ans, elle existe encore, c’est le propre du couple, ne pas être toujours au même rythme. Enfin, au stade de la rencontre et des débuts, je pense qu’on a besoin de sentir qu’on a envie de la même chose, sinon forcément un des deux sera frustré. Et en l’occurrence, à titre personnel (mais ça n’engage que moi), je ne sens pas souvent cette envie sincère de construire quelque chose de beau et fructueux. On a tous un passé, mais il faut s’en servir pour grandir, pas se laisser handicaper en se disant que l’on risque un nouvel échec, ou en cherchant à comparer, en frémissant quand une parole ou un geste nous rappellent un mauvais souvenir, alors qu’ils ne viennent pas dans le même contexte. La vie est quand même plus belle à deux et sur le long terme, ce serait bien que les trentenaires le réalisent 🙂

  16. Edmond Caritoux replied:

    Moi je suis trentenaire. C’est décidé. Je ne m’engage dans rien avec une femme. La dernière était une escroc. Il a fallu payer les services d’un avocat et d’un huissier pour me tirer du pétrin. La plupart des femmes sont à la recherche du pigeon. La première chose qui intéresse une femme c’est la sécurité financière, un mec qui lui assure. Ce ne sont plus des femmes mais des calculatrices.

    • steph189 replied:

      Tu n’as sûrement pas eu de chance, mais ne fais pas une généralité de cette mésaventure parce qu’aujourd’hui les femmes ont acquis une indépendance financière qui leur permet de ne plus avoir besoin d’un homme pour subvenir à leurs besoins!

      • Edmond Caritoux replied:

        Je commence à oublier après deux ans. Mais je suis devenu extrêmement méfiant. L’amour rend aveugle. Et c’est vrai. Bon, ce n’est pas si grave. Mais il faut savoir où l’on met les pied.

  17. bertrand replied:

    moi je sais que j en ai marred etre celibataire de passer mes week end seul et de ne rien partager avec une femme , pour apres ++++++++++avec elle
    http://bertrand.stefanink.over-blog.com/

  18. Olivier replied:

    Bientôt les 30 ans, célibataire aussi 😉 mais je me considère comme un homme normal selon votre définition. Seulement il est hors de question de m’engager avec la première fille que je croise. J’explique: s’engager n’est pas (ou ne devrait pas être 😉 ) un acte anodin, que l’on fait comme on irait acheter du pain. Surtout si cela débouche à engager une troisième personne dans cette relation (si vous voyez ce que je veux dire…)
    Si vous voulez arrêter de tomber sur de mauvais numéros, il faut simplement arrêter de répondre aux avances des dragueurs: les hommes normaux ne cherchent pas à draguer, ils veulent juste se montrer comme ils sont (et pas jouer un rôle). C’est peut être moins glamour (quoique), mais bien plus authentique et digne de confiance.
    Ah oui, une chose qui m’a fait rire aussi : si vous pensez oui, alors DITES OUI!
    Une raison de ce celiboom annoncé et sûrement ce rapport faussé introduite par la séduction moderne.

  19. Jeff replied:

    Bonjour à toutes !

    Je suis un homme, 34 ans et malheureusement… Je pense être atteint de la maladie évoquée plus haut…
    Pour vous, lectrices, je vais livrer le fond de mon cœur, sans rien travestir, parce qu’en fait, caché derrière mon écran, je me sens protégé d’éventuelles représailles de votre part !
    Petit résumé de ma situation. Plus de dix ans en couple avec la mère de ma fille qui s’est cassée avec son amant. En l’espace de quelques semaines, j’ai perdu ma femme, ma fille, ma maison et une somme d’argent folle.
    Balancé brutalement dans le monde des célibataires, j’ai dû m’adapter à cette jungle urbaine nouvelle pour moi. Cela s’est fait en trois temps.

    Etape 1 : récréer vite une relation parce que je suis au bord du gouffre !
    D’abord, le cœur en miettes, frôlant la dépression, je m’accrochais désespérément à la première fille qui passait pour recréer une histoire. Evidemment, malgré mes promesses et mes envies, ça ne marchait jamais, j’étais complètement paumé ! En fait, toutes celles que j’étreignais, n’existait pas pour moi, je ne voyais que la mère de ma fille à travers elle. Je sais, c’est cruel, c’est salaud mais ça me tenait la tête hors de l’eau.

    Etape 2 : La boucherie !
    J’ai la chance d’être né beau, d’avoir un métier qui me file une thune très acceptable à la fin du mois et un culot monstre avec les nanas. Bref, je pesais lourd sur le marché des célibs ! Alors, j’en ai profité pour enchaîner les dates, les rencards, les plans culs, les petites histoires, souvent en parallèles avec d’autres petites histoires d’ailleurs ! J’ai brisé quelques cœurs pour sauver le mien. Je sais, c’est cruel, c’est salaud mais ça m’aidait à me reconstruire.

    Etape 3 : Retour au calme
    Fatigué par les rendez-vous effrénés, j’ai levé un peu le pied, pour trois raisons.
    D’abord parce que ça coûte un peu cher. Il faut, en moyenne, trois étapes pour conclure avec une nana :
    – la rencontre ;
    – le premier rendez-vous (deux verres : le sien, le mien, 15 €) ;
    – un resto (deux menus, le sien, le mien, 40 €) ;
    Ce qui nous fait un total de 55 € pour poncer (oui, les filles ne payent que rarement, elles sont féministes à temps partiels, hein…). C’est souvent moins rentable qu’une prostituée. Comme quoi, les femmes les moins chères sont toujours celles que l’on paye !
    Bon évidemment, il n’y a pas que le sexe dans la vie et puis, je n’ai pas envie d’aller voir une prostituée, c’est trop glauque.
    Deuxième raison : déglinguer à tout va oblige à développer des compétences d’agents secrets avec les unes et les autres de mes conquêtes, c’est psychologiquement épuisant !
    Troisième raison, je me dis que finalement, je me sens prêt à arrêter de me comporter comme un petit connard et que je peux penser à me remettre en couple.
    C’est exactement là, chères lectrices, que se situe mon problème ! Je pense que ma vie de célibataire m’a fait choper la maladie évoquée plus haut.
    Un couple, je disais, mais pour quoi faire ? Je sais maintenant m’assumer tout seul, je connais toutes les fonctions de la machine à laver, je gère ma fille comme un chef… Bref, quel serait la plus-value d’une nana dans ma vie ? J’ai retrouvé un équilibre et une sérénité, il faudrait refoutre le bordel pour y laisser entrer une femme ? Bah, je ne sais pas si j’en ai envie.
    A côté de ça, j’aimerais beaucoup me remettre en couple, je crois comme beaucoup d’entre vous que la vie est plus sympa à deux. Mais quand même, renoncer à toutes ces nanas hyper disponibles sexuellement, quel sacrifice ! Ben ouais, les femmes n’ont plus froid aux yeux maintenant… C’est trop cool, ça ! Là, par contre, merci le féminisme !
    Je me sens comme dans un grand magasin. J’adore manger des pâtes mais, après avoir vu ce que c’était d’être célibataire et l’orgie sexuelle qu’on y découvre, ben, je veux aussi manger du riz, des patates ou des haricots de temps en temps… Voilà mon dilemme…
    Et puis quand même, si la vie est plus sympa à deux, ça dépend de quelle vie on parle… Je n’ai plus envie de tout partager avec ma compagne. Pour le boulot, j’ai mes collègues, pour les loisirs, j’ai mes potes, pour le sexe, j’ai du mal à lui donner l’exclusivité…
    Le plus triste, c’est que j’étais vraiment dans un trip vie de famille avant tout ça. Je n’ai jamais trompé ma femme, je crois avoir été un bon soutien pour elle lorsque nous avons franchi des étapes difficiles de notre vie, j’étais un bon père… Aujourd’hui, je ne mène pas la vie que je voulais mais je ne sais plus si je veux maintenant en changer parce que c’est quand même très très bon d’arrêter de faire des concessions tout le temps.
    Voilà ma confession. Je me dis que la trentaine m’a rendu très exigeant, la sexualité féminine libérée encore plus. Tout cela fait que je me lasse vite de mes conquêtes. Trop pour me fixer avec quelqu’un. Je guérirai peut-être un jour de cette fameuse maladie dont vous parlez sinon… tant pis (ou tant mieux) !

    Bises à vous toutes !

  20. Esteban replied:

    Salut Jeff,

    on ne se connaît pas mais je tenais à te féliciter pour -outre ton succès avec les belles !- ton honnêteté. C’est sûrement mal vu de le dire, mais un homme autonome qui a déjà connu la vie de couple (et ses affres, notamment les « concessions » dont tu parles) n’aura aucune hâte pour y retourner, a fortiori s’il n’a pas envie de se reproduire (voire s’il l’a déjà fait) et s’il se débrouille pour avoir du sexe régulièrement. Soyons honnêtes, le sexe est haut placé dans la liste des raisons pour lesquels une bonne partie des hommes sont en couple.

    Personnellement je me reconnais tout à fait dans ton profil (avec nettement moins de succès, je le reconnais).

    Si tu as un blog où tu racontes tes faits d’armes, je suis preneur !

    A +

  21. rody replied:

    Le problème, c’est que vous les femmes quand vous voyez des gars normaux, vous fuyez. À 30ans j’ai tout essayé, mais bon que faire? Râteaux sur râteaux, à force, on se renferme sur nous même. Enfin moi pour ma part, à force je me dis que je finirai ma vie seul…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :