Entretien d’embauche vs premier rendez-vous

J’en ai parlé quelques fois ici, en ce moment je cherche à changer de travail, donc je suis en pleine cession de passage d’entretiens. Ma vie de célibataire-qui-ne-veut-pas-le-rester m’a amené également à avoir quelques rendez-vous avec des hommes. Et justement, l’autre jour je me disais que finalement passer un entretien et avoir un rendez-vous amoureux avaient quelques similitudes…

Young couple sharing a glass of red wine in restaurant, celebrat

La séduction :

Lors d’un entretien d’embauche comme lors d’un premier rendez-vous l’objectif est de séduire l’autre (et d’être séduit). Les moyens utilisés par contre ne sont pas les mêmes, en tout cas pour ma part car je ne prône pas la promotion canapé… Mais dans les deux cas je ferai attention à mon apparence, pour un boulot je cherche à montrer que je suis présentable, pour un rencart à montrer que je suis sexy. Ceci-dit, si un jour je décidais de postuler dans le Red Corner, il sera préférable d’opter pour la deuxième solution.

La maladresse :

Dans les deux situations, le stress étant là, ma main droite devient une deuxième main gauche. J’enchaine maladresses et gaffes ! ça peut paraître mignon pour un homme, ça l’est nettement moins pour un recruteur, surtout si tu renverses ton café sur son bureau (malheureusement c’est une histoire vraie…)

La perte de la parole :

Au début d’une relation, je suis tellement intimidée que mon vocabulaire se résume à 3 mots : oui, d’accord, ahahah (si on considère que le rire est un mot!). C’est d’ailleurs pour ça que je préfère les hommes bavards, au moins il y en a un qui est capable de parler… Heureusement lors des entretiens, mon vocabulaire est un peu plus développé, mais la machine à parfois du mal à se mettre en route. Pour exemple lors de mon dernier entretien, la madame m’a demandé de patienter un peu, j’ai voulu lui dire qu’il n’y avait pas de problèmes, sauf que ce qui est sorti de ma bouche ressemblait plus à un son venu de nulle part particulièrement aigu qu’à une phrase!

L’apparition de tic :

Quand tu prépares un entretien, tu peux lire à peu près de partout : faites attention à vos mains, ne jouez pas avec votre stylo, ne vous tordez pas les doigts etc.… J’ai donc appris à présenter mon CV en utilisant un peu mes mains pour parler. Mais cette maîtrise de moi, je ne l’ai absolument pas lors d’un premier rendez-vous. Je pense que si je me voyais en vidéo à ce moment, je rigolerai de voir ce que je fais de mes mains. Lançons les paris : combien de fois je tripote mon bracelet, je me touche les cheveux, je joue avec le bouton de ma veste!

Malgré toutes ces similitudes, je note une grosse différence pour moi dans ces deux situations. Lors d’un entretien d’embauche je sais ce que je vaux professionnellement, et du coup me vendre ne me pose pas de problème. Par contre personnellement, j’ai du mal à avoir confiance et à savoir si je peux plaire à l’homme qui est en face de moi.

Heureusement le feeling ne se juge pas contrairement aux compétences, et la nature sait faire les choses…

Publicités

7 février 2013. Étiquettes : , , , , , , , . Et sinon tu fais quoi dans la vie?, Toi + Moi = Quoi?.

19 commentaires

  1. Chronique d'un trentenaire celibataire parisien replied:

    Sauf que dans un entretien d’embauche, tu essaies de te « vendre » donc par définiton tu n’es pas naturelle.
    Lors d’un rendez-vous amoureux, moi je n’ai rien à vendre. On m’apprécie ou pas. Certes, je vais me mettre en valeur, ne pas faire remarquer mes petits défauts, contrôler mes maladresses, tenter de paraîutre sûr de moi, etc… Mais ça n’a aucun intérêt de mettre la « poudre aux yeux » à la fille pour qu’elle découvre ensuite que je ne suis pas la personne qu’elle a apprécié au premier rendez-vous.
    Sauf peut-être dans le cas où tu cherches juste un plan cul, auquel cas, il est peut-être utile d’en rajouter un max. J’appelle ça la technique du « Take the money and run ».
    Mais c’est pas ma came.

    • steph189 replied:

      Je pense que dans les 2 situations il faut rester naturel le plus possible. Le mensonge se détecte, et un employeur ou un fille n’a pas envie d’être pris pour un con. Bon après c’est ma vision des choses, comme je te l’ai dit je déteste le mensonge, donc j’en use jamais et reste naturelle dans n’importe quelles situations

  2. DarkGally replied:

    Je me suis déjà fait cette comparaison. Mais comme tu le dis, c’est plus simple d’être sûr de soi en entretien, on se vend et on sait sur quoi on se base (même si le feeling joue aussi beaucoup). En ce qui concerne la séduction c’est tellement plus subjectif que c’est difficile, quoi dire et surtout pas trop, essayer de plaire sans en faire trop, ne pas avoir l’air trop en demande tout en faisant comprendre son intérêt…

    Et quand tu vois mon peu de succès en entretien, je te laisse deviner pendant un rencard !

    • steph189 replied:

      Faut pas partir défaitiste comme ça! Je pense qu’il faut être soi-même dans les 2 situations

  3. Jordane replied:

    Je like! C’est pas moi qui vais te dire le contraire! Bien évidemment que c’est de la séduction!

    • steph189 replied:

      et un premier rendez-vous de la vente? 😉
      Y’a quand même pas le même type de séduction dans les 2 situations. Mais comme tu l’as dit dans tes écris le feeling joue beaucoup (mais ne fait pas tout!)

  4. cubala replied:

    Même si j’adords tes commentateurs précédent, je ne suis pas absolument pas d’accord avec le fait qu’on se vende lors d’un entretien. On ne se vent pas, on vent ses compétences. Depuis que j’ai compris ça, les entretiens d’embauche sont un plaisir et une formalité pour moi.
    Par contre je suis d’une nullité extrème avec le sex opposé et là j’ai pas encore compris l’astuce je pense. Je pense rester au chômage pendant un sacré bout de temps…

    • Chronique d'un trentenaire celibataire parisien replied:

      Tu parles de mon commentaire ?
      Si c’est le cas pas d’accord avec toi. On vendrait ses compétences dans un monde idéal avec des recruteurs idéaux. Je me suis plusieurs fois retrouvé dans des situations où je devais plus me vendre moi que vendre mes compétences. Quand on te demande tes qualités et tes défauts, c’est ton personnage (supposé) que tu vends. Et la plupart du temps, tu es obligé de raconter des cracks alors que quand je rencontre une nana, je ne mets pas en avant mes qualités (sinon je passerai vraiment pour un pédant de première) ! Donc dans un cas, j’ai l’impression d’être un paquet de lessive, dans l’autre cas, si la fille me plait, c’est moi qui ressort lessivé ! 😉

      • cubala replied:

        Perso, je mets en avant mon besoin de travailler avec certaines valeurs dont l’honnêteté et à partir de là, je ne vends pas un personnage mais mes compétences, mes valeurs, mon expérience pour l’organisation.
        Je comprends ton point de vue et nos vues différentes dépendent certainement de nos secteurs d’activité respectifs. Comme quoi il est difficile de faire un cas une généralité 🙂

    • steph189 replied:

      alors je ne suis pas complètement d’accord. Paut-être que selon le secteur d’activité ce n’est pas la même chose, mais je constate et voire on me le dit, dans mes entretiens les recruteurs cherchent des compétences certes, mais aussi une personnalité. Et ça ce n’est pas sur le CV…
      Je ne te souhaite pas le chomage longue durée, je me permets donc de te dire qu’il va donc falloir travailler tes entretiens de séduction 😉

      • cubala replied:

        La personnalité s’affirme quand tu mets en avant ta volonté de travailler avec certaines valeurs à mon sens. quand tu montres ce que tu cherches, tu veux, etc ;tu ne décris pas ta personnalité, tu l’illustres directement. En fait, je prends un malin plaisir à déstabiliser mon recruteur et ça marche…
        Tu as des pistes pour que je travaille sur la séduction ? Parce que j’avoue que je ne sais plus comment faire :/

      • steph189 replied:

        oui tu l’illustres directement, et le recruteur en face de toi peut chercher à te pousser dans tes retranchements pour essayer de cerner ton caractère et voir si ta personnalité peut correspondre à l’équipe en place.
        Je sais pas si je peux me permettre de jouer la coach en séduction mais on peut en reparler…

      • cubala replied:

        Je te propose une sortie très vite 🙂

  5. Odile replied:

    Je ne sais pas si c’est parce que je ne suis pas bien réveillée, mais je n’ai pas l’impression que vous soyez tellement en désaccord. Finalement, que ce soit dans l’entretien d’embauche, ou pendant un premier RDV , on vend ce que l’on pense que l’autre attend.
    Dans le RDV galant, ça sera une version plus naturelle de nous (même si, soyons honnêtes on a tous tendance à enjoliver un peu la réalité, histoire de ne pas renvoyer à l’autre notre statut d’être humain imparfait, et le/la faire fuir directement). Dans l’entretien d’embauche, on vend le collaborateur que l’autre attend (compétences, personnalité, physique aussi pour certains postes, il faut être franc).

    Dans les deux il s’agit d’une forme de séduction, mais la séduction existe sous tout un tas de formes. L’amitié en est une aussi par exemple. On ne met pas en avant les même choses dans ces différents cas de figure, parce que le but n’est pas le même. Par contre oui, je suis assez d’accord pour dire que le processus reste le même.

    Comme l’a dit Cubala , la personnalité transparaît toujours quand on met en avant (même juste) ses compétences, la façon de le faire est très révélatrice. La façon d’être aussi. Les recruteurs savent souvent très bien qui ils ont devant eux ( pas mal d’entre eux ont des notions de psycho), alors que le Rencart lui n’a pas forcément ça.

    Bref ça fait pas avant le Schmilblick …

    • DarkGally replied:

      Non mais c’est exactement ça !
      Quand je parlais de se vendre en entretien, je ne parlais pas de mensonge Steph ^^ Je reste toujours moi-même mais honnête, mais je m’adapte en fonction du recruteur en face et de ses attentes, je ne joue pas la woo girl avec un mec sérieux comme un pape ou l’inverse (de plus mes compétences sont réelles donc pas besoin de les surjouer). Mais un rendez-vous c’est autre chose d’autant que le stress est très différent.

  6. Chronique d'un trentenaire celibataire parisien replied:

    Je surlike (comme on dit) le commentaire d’Odile !

    • Odile replied:

      🙂
      J’étais pas si mal réveillée alors …

  7. Miss Blemish replied:

    Ah, le feeling… Moi c’est le truc qui me dépasse le plus : qu’est-ce qui fait qu’avec cette personne avec qui pourtant on n’a rien fait de plus extraordinaire que de partager un verre il y a ce courant étrange qui passe et fait qu’on se sent bien, à sa place ? Mystère. Pour ce qui est de la comparaison, je la trouve plus que judicieuse et je me retrouve totalement dans ce paradoxe qui veut que sur le plan professionnel la confiance soit là alors que sentimentalement… pas vraiment (pour ne pas dire pas du tout)
    Bel article 🙂

    • steph189 replied:

      Merci 🙂 le feeling c’est quelque chose de bien mystérieux mais quand il est là (professionnellement et personnellement) c’est super agréable!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :