Manuel de survie de la célibataire

Aujourd’hui j’écris cette première page d’un livre qui je l’espère sera utile à beaucoup d’entre vous, amies célibataire. Et oui quand on est une faible femme, parfois la vie ne nous fait pas de cadeau!

Alors que ce matin, je me réveille la tête pleine de projets pour ma journée. Alors même, que je venais d’enfiler ma tenue de footing et que je venais de twitter mon projet de footing, je vois sous mes fenêtres des gens qui rôdent autour de ma voiture… Alertée par ce manège étrange je me penche, et là je vois qu’il manque ma roue arrière de ma voiture… Et celle avant aussi… Et là je réussi juste à dire « C’est ma voiture… » le mec me répond « Ben on vous a volé vos 4 roues! ».

À ce moment mon cerveau de célibattante se met en route, et malgré l’envie de vomir et de pleurer je réussi à prendre les choses en main. Alors soyez attentives parce que si ça vous arrive je vous assure que c’est un véritable parcours du combattant dont aucune étape ne doit être oubliée!

Étape n°1 pour moi, mais qui en vrai doit être la n° 2 : appeler l’assurance. Ah bah non, il est 12h30, mon assureur fini sa journée à 12h le samedi, la déclaration ça sera pour lundi. Ce n’est pas grave, en attendant j’appelle l’assistance dépannage (dont j’ai mis 3 ans à trouver le numéro) pour avoir un dépanneur. Dépanneur censé intervenir dans l’heure, il m’a appelé 50 loooooongues minutes plus tard pour me dire qu’il partait de son garage.

20120728-201044.jpg

Très trop longtemps après, mon ami Florian le mécano, débarque avec sa petite dépanneuse. Florian s’attèle donc à la tache de poser 4 pneus de remplacement, pour pouvoir faire monter ma voiture sur son camion. Tâche au combien difficile, j’ai vu ma voiture balancer dans tous les sens sur différents crics. Du coup, Florian le bricolo a décidé de la caler avec des batteries. Une fois la voiture à peu près stable Florian se rend compte qu’il n’a pas pris les bons adaptateurs pour mes pneus, et comme aucun de ses collègues ne veut venir le dépanner, Florian le sans ami doit repartir à son garage.

Ce n’est pas grave, en attendant j’en profite pour aller porter plainte chez les flics, obligatoire pour l’assurance. Arrivée au commissariat on me dit que pour ça, il faut d’abord qu’une patrouille constate les dégâts. (D’où la nécessité de penser à appeler les flics en étape n°1). « Et si j’ai des photos ça ne marche pas ? » « Non ! ». Et il ne faut surtout pas que Florian soit revenu mettre les pneus ! Heureusement, speedy Florian tout fier d’avoir fait l’aller retour rapidement, m’appelle à ce moment, je lui dis donc de tout stopper. Dans mon malheur une patrouille passe à ce moment dans ma rue et signale à la radio une voiture sans roues qui s’avère être la mienne. Ouf, voilà une bonne chose de faite. Mais pour le dépôt de plainte il faudra repasser plus tard, là il y a trop de monde !

Ce n’est pas grave, de toute façon il faut que j’aille rejoindre Florian (j’ai peur de ce qu’il va faire). Florian qui mettra bien 1h30 à monter les 4 roues sur ma voiture. Enfin vous me direz, tout est réglé ! Mais non voyons, Florian tête en l’air qui a laissé le gyrophare de sa dépanneuse tout le long de son intervention, ne peut plus redémarrer son camion : sa batterie est à plat ! Ce n’est pas grave, un dépanneur a toujours des pinces sur lui… Vous l’attendez la blague là ? Et bien heureusement pour moi il n’y en a pas eu plus, super Florian a pu recharger sa batterie en s’aidant de la mienne, et pu partir avec ma voiture.

20120728-201716.jpg

Moi, je suis retournée au commissariat, déposer ma plainte. J’ai demandé s’ils pouvaient me l’envoyer par mail, pour que je puisse la transférer rapidement à mon assureur, ils m’ont répondu « oh vous savez on n’en est pas là encore ! », mais je dois dire que je suis tombée sur quelqu’un de très sympa qui a bien voulu essayer de le faire. Plus de 2heures après je n’ai toujours pas reçu de mail, mais ce n’est pas grave j’irai scanner ça chez mon père demain !

Finalement, j’en ris parce que ça ne sert à rien de s’énerver. J’ai rencontré beaucoup de monde aujourd’hui, parce que voir une voiture sans roues ça fait causer ! J’ai profité du soleil longtemps en regardant Florian que j’aime bien au final, essayer de faire son boulot ! Du coup ce n’était pas un moment si terrible.

Ps : si vous voyez 4 jantes de polo à vendre sur le net, ce sont peut-être les miennes !

28 juillet 2012. Étiquettes : , , . Divers. 13 commentaires.

26615

26615 c’est le numéro du dossard que je porterai durant 20km le 14 octobre prochain. Et oui ça y’est je suis inscrire!

Si on m’avait dit ça il y a quelques mois? Franchement je n’y aurais pas cru. Parce que comment dire… la course à pieds et moi ça faisait 10. Mais…

Alors que je n’avais pas encore commencé à bloguer, j’etais déjà une fidele lectrice de certaines blogueuses, notamment Missbavarde qui dans un de ses articles nous a raconté comment elle a réussi à venir à bout de son semi marathon. Et là pour moi, ça a été la révélation! Je me suis dit moi aussi j’ai envie de relever un defi de ce type, j’ai envie de faire quelque chose qui me prouve que je suis capable d’aller au delà de moi, quelque chose qui me rende fière de moi. Donc merci la blogosphère et merci Missbavarde!

Oui merci parce qu’aujourd’hui je viens donc de m’inscrire pour ces 20km de Paris, et je sais que dans 149 jours exactement je franchirai la ligne d’arrivée très fière de moi.

Alors pour être franche au départ j’en ai chier! Même si je suis relativement sportive je n’avais jamais couru. Devoir déplacer mon cul a été asse difficile les premiers temps. Au début je n’arrivais pas à tenir plus d’1/4 d’heure, je me retrouvais pliée en deux par les points de côté ou le souffle coupé. Mais assez rapidement ces problèmes ont disparu. Comme je l’ai raconté dans mon article sur les célibattante je suis dans une période où j’ai un moral d’acier et je suis capable de soulever des montagnes, donc ça n’allait pas être un petit point de côté qui allait m’empêcher d’atteindre mon objectif.

Après cette première étape passée, est venu le problème des douleurs aux jambes. Je crois que j’ai découvert de nouveaux muscles chez moi! Mais bon cette douleur là je l’aime (non je ne suis pas maso) pour moi elle est synonyme de travail et de progrès.

Aujourd’hui j’essaye de courir 2 fois par semaine, j’essaye de faire mieux à chaque fois. Et je kiffe! A chaque fois que je sors basket aux pieds et que je cours le long de la Seine je me sens tellement bien… J’aime croiser les autres joggers qui souffrent aussi mais prennent le temps de faire un petit sourire, de dire bonjour parfois même de lancer un petit encouragement. Je trouve qu’il y a une certaine solidarité, et ça me plaît beaucoup.

En ce moment les jours sont de plus en plus longs et c’est encore plus agréable. Hier soir j’ai parcouru 12km. Et malgré les ampoules, tous les moucherons que j’ai bouffé 😉 mes jambes et mes fesses qui devenaient de plus en plus dures sur les derniers kilomètres, je sentais ma foulée s’allonger, mon corps tonique, mon esprit vide de tout stress. Bref qu’est ce que j’étais bien!

Et dans 149 jours le dossard numéro 26615 arrivera au bout des 20km, fière d’avoir relever le défi. Et qui sait peut-être qu’après je me lancerai d’autres défis…

17 mai 2012. Étiquettes : , , . Et sinon tu fais quoi dans la vie?. 5 commentaires.

Célibattante un jour, battante toujours

20120426-144328.jpg

Même si être célibataire, et donc seule, n’est pas tous les jours drôle soyons positive.
Devenir célibataire a changé beaucoup de choses en moi, dont je suis assez fière.

Déjà j’ai tout simplement réappris à me faire plaisir, très égoïstement parfois, mais qu’est-ce que c’est bon! À ne penser qu’à moi et à tout ce que j’ai envie de faire à chaque instant. Aller à THE soirée de l’année où tous les plus grands fêtards seront réunis sans me dire « faut pas que je rentre trop tard sinon demain je serai morte et je ne pourrais pas profiter de ma journée avec lui ». Si j’ai envie de trainer dans les boutiques après le boulot je ne me pose pas de questions, j’y vais. Si j’ai envie d’aller boire un verre avec les copines, je n’ai pas besoin d’appeler pour prévenir. Je fais ce que je veux quand je veux et ça franchement c’est bon.

Je me suis aussi découverte une force de caractère, un mental que je ne soupçonnais pas. Une envie permanente de relever des défis pour moi et pour être fière de moi. Ça passe par le sport où j’essaie d’aller toujours « plus haut, plus fort, plus loin », mais aussi par d’autres activités. Alors que je m’étais toujours dit faut que j’essaie un jour, mais je ne trouvais jamais le temps ou la motivation de le faire, et bien aujourd’hui je les fais. Parfois il faut du temps pour y arriver mais en générale j’obtiens toujours ce que je veux. Attention ce n’est pas le discours de quelqu’un qui claque dans ses doigts pour avoir quelque chose. Si j’obtiens ce que je veux c’est parce que je me donne entièrement pour atteindre mon objectif. Et grâce à ce courage que j’ai trouvé, aujourd’hui je suis propriétaire de mon appartement, je m’entraine pour les 20km de Paris en octobre et je fais facilement 10km avec plaisir alors qu’avant je détestais courir! J’ai un poste dont je suis fière. Et plein d’autres petites choses qui rendent ma vie passionnante.
Alors quand on parle de célibattante je trouve ce mot tellement vrai et adapté à ma situation.
Une chose est sûre maintenant que je sais que j’ai toutes ces capacités, je ferai tout pour rester comme ça même quand je partagerai ma vie avec quelqu’un. Comme on dit à deux on est plus fort, alors là on sera vraiment très fort!

27 avril 2012. Étiquettes : , . Divers. 8 commentaires.