Droguée

J’ai toujours été nulle en sport et pourtant j’ai toujours été sportive.

Petite j’ai fait de nombreuses années de GRS. En fait à ce moment je n’étais pas mauvaise. Le petit groupe dans lequel j’étais s’est qualifié pour pas mal de compètes. J’ai peu de souvenir de tout ça, mais je sais que j’aimais bien cette adrénaline qui montait avant de passer sur le praticable. Et puis ado j’en ai eu marre, je ne me sentais pas bien dans mon corps à ce moment, alors m’exposer comme ça en justaucorps ne me convenait plus.

grs

J’aurais volontiers mis une photo de moi mais malheureusement je n’en ai pas chez moi :/

J’ai ensuite tenté d’autres sports. J’en ai fait en cours forcément. J’étais toujours nulle, surtout pour les sports collectifs! Mais j’aimais bien. J’aimais bien transpirer un bon coup, me défouler.

Etudiante j’ai toujours cherché à faire un sport. En fait je ne pouvais pas imaginer ne pas avoir une activité comme ça en dehors des cours. Une année je me suis même retrouvée à donner des cours de fitness pour mon école! Ça me fait rire, moi qui ne suis pas très douée pour bouger mes fesses (en fait j’ai du mal à percevoir mon corps et donc à faire ce que je veux avec) j’ai essayé de faire bouger celles de mes copines!

229Aujourd’hui le sport est nécessaire. Ça m’aide à me défouler, me vider la tête, me déstresser et puis m’entretenir physiquement. J’adore revenir de ma séance de footing, épuisée, vidée physiquement mais aussi mentalement, en ayant oublié tous les tracas du quotidien. Pour ça le footing est un sport difficile à apprivoiser, parce que quand tu cours tu es seul face à toi-même, tu n’as pas grand chose à faire que laisser aller tes jambes, alors tu penses, et c’est bien d’arrêter de penser parfois (la chose la plus difficile pour moi). Je sais que généralement si je suis stressée par tel ou tel truc dans ma journée, j’ai beaucoup de mal à courir, parce que forcément j’y repense. Mais arrive un moment où je déconnecte, et c’est là que ça devient bon. Je ne pense plus à rien, je ne m’en rends même pas compte et j’enchaine les kilomètres. Je rentre alors chez moi reboostée, plein de bonne humeur et positive à souhait!

Ca me permet également d’avoir une nouvelle activité sociale. Cette année, en plus du footing, je prends des cours de tennis. Bon et bien comme d’hab je suis loin d’exceller, mais qu’est-ce qu’on rigole. Mon heure de tennis le mercredi c’est ma petite récrée de la semaine, les autres filles sont sympas, le prof est cool, on déconne, on discute, on se fait des bouffes de temps en temps (on joue aussi hein !).

Bref  le sport je sais que ce n’est pas ma réussite (quoique je suis très fière de moi parfois) mais c’est surtout ma soupape et pour rien au monde je n’arrêterai!

24 février 2013. Étiquettes : , , , , , , , , , . Et sinon tu fais quoi dans la vie?. 7 commentaires.

La nuit tous les chats sont gris

.

Il parait qu’eux ils voient la nuit, moi pas vraiment… Alors je fais comment pour courir? Hein !

Parce que maintenant qu’il fait noir à 17h30, si je ne sors qu’à la lumière du soleil, il ne me reste plus que le weekend pour courir. Sauf qu’avec un semi marathon à préparer et des quantités de cochonneries à éliminer, faut que je sorte les baskets un peu plus souvent qu’une fois par semaine.

Après un appel à conseil sur FB, le résultat a été unanime : achete-toi une lampe frontale! Alors évidemment qu’est ce j’ai fait? Je n’ai pas acheté de lampe frontale (trop facile), mais j’ai téléchargé l’option lampe de poche de mon meilleur ami, j’ai nommé iPhone. Sauf que l’appli n’est pas vraiment faite pour ça, je vois un peu mieux mais ce n’est pas non plus Versailles (d’où vient cette expression ? je ne sais pas, c’est ma mère qui l’employait quand je n’éteignais pas la lumière chez moi). Par conséquent, j’ai mis de nombreuses fois les pieds dans des flaques de boues (t’avais remarqué qu’il avait plu hier ? moi non) et je suis rentrée  les mollets marrons (et dire qu’il y en a qui payent pour des bains de boues).  

Bon alors la boue, c’est marrant, les cailloux un peu moins. Mais disons que ce qui me gène le plus, c’est que je ne suis pas vraiment rassurée toute seule dans les bois. Je n’ai pas réellement envie de finir dans les faits divers de SCity. L’avantage c’est qu’inconsciemment je cours vachement plus vite. D’ailleurs faudrait que le semi se déroule la nuit, je suis sûre que j’ateindrais facilement mon objectif!
Donc pour éviter de finir dans la Seine, je cours désormais dans des zones éclairées. Sauf que même si je vis dans une banlieue assez verte, les zones éclairées sont les trottoirs. Résultat, alors que je me dépense pendant des kilomètres, que je fais travailler mon cœur et rosir mes poumons, et bien je me bouffe tout plein de gaz d’échappement. Vive le sport en ville !

Malgré tous ces inconvénients, hier, toute de grise vêtue (référence au titre, tu suis?) j’ai fait une belle sortie, et je dois dire que courir la nuit c’est une autre ambiance, une autre atmosphère, que je trouve très agréable 🙂

21 novembre 2012. Étiquettes : , , , , . Et sinon tu fais quoi dans la vie?. 18 commentaires.