Ca faisait bien longtemps…

… qu’on avait pas parlé d’hommes par ici. Enfin si, des hommes en général, on en parle, mais de moi avec un homme ça commence à faire une éternité! Peut-être bien que ça remonte à une époque où j’avais encore 28 ans… mais chut! Enfin vous me direz que ce n’est pas sympa pour Mr Bizou, parce qu’il a bien existé lui, mais bon je n’en ai pas vraiment parlé ici.

Et pourquoi, aujourd’hui je parlerai d’homme? Je ne vous ai rien caché, il n’y en a pas un planqué dans mon armoire. Je suis belle et bien célibataire (oui je sais on écrit bel et bien en français). Mais alors?

Et bien figurez vous que j’ai un rencard ce soir! Ouh là pas d’excitations, je vais juste boire un verre avec un Meeticboy. Alors même si ça fait trèèèès longtemps que ça ne m’était pas arrivé, je me rappelle trèèèès bien que ça ne sert à rien de s’emballer et d’imaginer quoique ce soit pour ce genre de rendez-vous, donc on se calme et je dis let’s see.

Cependant, je suis contente :

  • d’avoir un rencart
  • de rencontrer une nouvelle tête
  • de raconter ma vie à un inconnu
  • d’écouter la vie d’un inconnu
  • de me faire une sortie sur Paris
  • de boire une caïpi
  • de prendre cette rencontre autant à la légère, j’ai enfin compris que ça ne servait à rien de me faire des films si ce n’est être déçue la plus part du temps…

Si vous êtes gentils, je vous raconterai comment ça s’est passé 😉

Publicités

14 novembre 2012. Étiquettes : , , , , , . Eteins ton PC!. 13 commentaires.

Clichés du soir, bonsoir!

Alors que je déprimais, accoudée au comptoir du bar, une bière à la main, une clope dans l’autre… absolument pas, en vrai j’étais dignement assise sur une banquette, face à un magnifique cocktail, en attendant un ami; mais cet article est dédié aux clichés retenez donc l’image précédente.

Donc accoudée au comptoir de ce bar miteux, j’écoutais d’une oreille discrète mais attentive la conversation de trois jeunes étudiants. Alors qu’une des filles, probablement frustrée de son indifférence face aux hommes, se met à parler un peu plus fort, je me vois dans l’obligation d’entendre ce qu’elle dit. Et oh stupeur et tremblements, cette malheureuse phrase sort de sa bouche « c’est devenue une vraie parisienne, elle couche avec tout ce qui passe, elle s’en fout parce que tout le monde fait pareil, mais elle n’a plus aucune dignité! »

Alors jeune fille écoute moi bien! Ton erreur est pardonnable parce que tu ne dois être qu’en 1ère année de psycho, mais sache que :

De toutes les parisiennes que je connais, il n’y en a pas tant qui couchent avec tout ce qui bouge. Et puis tu n’as pas besoin d’être parisienne pour le faire.

Tout le monde ne fait pas pareil, sinon ce soir je ne serai pas nerveuse comme ça, mais détendue dans les bras d’un homme.

Enfin, je suis parisienne et compte bien coucher avec tout ce qui bouge dans les prochaines semaines, mais ma dignité se porte très bien merci! Je pense d’ailleurs que mon égo ne s’en portera pas plus mal! Et comme dirait une sage personne qui sort toute seule mais qui n’a pas l’intention de rentrer seule tous les soirs  » je vais profiter d’un corps que j’aime et draguer tout ce qui bouge ».

Sur ce, jeune fille nous reparlerons de tes clichés quand tu auras 10 ans de plus… Ma clope est finie, je vais rentrer m’écrouler seule dans mes draps de satin rose!

16 octobre 2012. Étiquettes : , , , . Steph râle. 12 commentaires.

Tu crois que j’aimerai à nouveau?

Je ne savais pas quand le publier ici, maintenant je sais que j’aurai dû le faire avant…

Je sors de chez lui, la nuit est tombée. J’ai besoin de marcher un peu avant de m’engouffrer dans la bouche de métro. Je décide d’aller jusqu’à la station suivante. Devant moi, je vois cette grande tour éclairée qui est belle dans la nuit, haute et fière, pas comme moi…

Encore un avec qui je viens de coucher, par désir physique, pulsion animale. C’était bien, mais pas tant que ça, pas à cause de lui, juste parce qu’il manquait quelque chose qui pourrait s’appeler sentiment. Une fois le plaisir passé, qu’est-ce qu’il est resté ? Rien. Je n’avais qu’une envie, quitter ce petit lit, cet appartement et me retrouver seule. Je lui ai dit que je ne resterai pas, je suis partie un peu comme une voleuse.

Mon cœur n’arrive plus à battre pour un homme, même pas le moindre petit frisson. Je ne sais pas pourquoi. Pourtant, lui était gentil, attentionné, il m’aimait bien, je le sais. Mais moi rien. En allant chez lui, je savais ce qu’il allait se passer, j’étais consciente que j’allais jouer la garce à coucher avec quelqu’un qui m’avait appelée sa chérie quelques heures plus tôt et que je ne voyais que comme un moment de plaisir.

En plus en partant, je n’ai même pas été capable de lui dire tout ça. On s’est dit à bientôt, alors que je savais pertinemment que la prochaine fois que je le verrai, il faudra que je lui dise qu’entre nous il n’y aura pas plus.

Tout est froid à l’intérieur de moi. Ca me fait peur. Je suis une garce sans sentiments, qui prend les hommes comme ils l’ont prise. J’ai l’attitude que je leur ai reprochée il y a quelques temps. Et finalement dans cette histoire, je ne pense même pas à eux, je pense à moi et je m’inquiète de savoir si un jour prochain je serai capable d’aimer à nouveau. Si mon cœur saura vibrer pour quelqu’un. Si je rencontrerai un homme que je voudrai revoir encore et encore, que j’aimerai et pour qui je lâcherai cette vie de fille indépendante et distante…

 

 

19 septembre 2012. Étiquettes : , , , , , . Steph et les hommes, Steph se pose des questions. 22 commentaires.

Page suivante »