Peut-on tout avoir?

tumblr_mhf2wxhFNf1qe0lqqo2_r1_500_large

Quand on est célibataire, il y a un paquet de phrases qu’on n’aime pas! Ces phrases dites par des personnes de notre entourage qui se veulent gentilles mais qui ne se rendent pas compte qu’avec de telles mots on se sent encore plus enfoncés dans notre désespoir amoureux.

Une de ces phrases : « Mais belle comme tu es, tu vas forcément trouver ». En soi, cette phrase est super mignonne. Oui sauf qu’en tant que célibataire tu te dis, oui ok je suis belle, mais non je ne trouve pas, et franchement je ne sais pas pourquoi! Y’a sûrement un truc qui cloche chez moi pour que personne ne veuille de moi…

Vous me direz, la beauté ne fait pas tout et est parfois assez subjective.

Mais dans mon entourage, je connais un certain nombre de filles qui sont jolies ET intelligentes, drôles, sympa mais … célibataire (ou à enchainer les plans foireux).

Mais pourquoi?

Désolée je ne vous donnerai pas la réponse à cette question, parce que si je l’avais eu je ne me serais pas sentie Bridget Jones si longtemps…

Mais pour continuer une conversation que j’ai eu hier, avec un représentant de la gente masculine, ce n’est pas parce qu’une fille est relativement sûre d’elle, et qu’elle réussi dans de nombreux domaines, qu’elle a confiance dans ses relations avec les hommes, et même qu’elle réussi à en trouver un facilement.

Evidemment se sentir bien dans sa peau donne plus envie et donc attire plus. Mais on peut être en confiance, connaitre ses atouts et savoir les mettre en valeur, ce n’est pas pour autant qu’on aura des facilités à rencontrer quelqu’un. Et malheureusement à force de vide et de non rencontres ou même d’échecs, on en vient à se dire qu’il y a quelque chose qui cloche chez nous et perdre notre confiance…

J’ai une amie qui en quittant son ex s’est dit « des mecs qui veulent s’engager, je claque des doigts et il y en a 10 qui tombent! ». Elle avait totalement raison d’y croire, parce qu’elle a tout pour plaire! Malheureusement, elle avait beau avoir confiance en elle (et sans prétention non plus) ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé…

Tout ça pour dire que ce n’est pas parce qu’on est célibataire qu’on ne sait pas ce qu’on vaut. Et ce n’est pas parce qu’on sait qu’on « vaut de l’or » qu’on arrive à sortir de ce célibat. Il y a tout un tas d’autres facteurs qui rentrent en ligne de compte, bien compliqués, bien variables d’une personne à l’autre et d’une rencontre à l’autre. Et toutes ces gentilles phrases qu’on nous dit, même si elles sont pensées sincèrement, elles ne font pas forcément plaisir. D’ailleurs pendant mon célibat longue duré, je crois que les seules personnes qui ne me les ont pas dites ce sont celles qui avaient vécu la même situation.

Oui le célibataire est difficile, mais le monde qui l’entoure l’est encore plus !

179247_609326559093957_387816936_n_large

R7Y8WD4K7SNQ

Publicités

20 mars 2013. Étiquettes : , , , , , , , , , , . L'ancéphalogramme plat c'est pas pour aujourd'hui!. 30 commentaires.

Construire une relation à 30 ans

(ou presque parce que je n’en ai que 29 ans je tenais à le préciser!)

O3eCHB6yjl8_large

Après une période de célibat longue durée, alors que ça fait des mois que tu ne rêves que de te blottir dans les bras d’un homme, avoir une relation avec quelqu’un, finalement ce n’est pas si simple.

Construire une relation à 30 ans, ça veut dire construire avec quelqu’un qui a déjà un passé (de trentes années tout de même, c’est long !), qui a vécu un certains nombre de relations, qui a une vie sociale et professionnelle bien remplie et relativement stable. Enfin, ça veut dire construire avec quelqu’un comme toi, qui a volé de ses propres ailes pendant pas mal d’années déjà.

Construire une relation à 30 ans, ça veut dire construire quelque chois avec un caractère certain, en tout cas beaucoup plus affirmé qu’à 20 ans (un côté plus chieuse diront les hommes). Tu sais ce que tu veux, ce que tu ne veux plus. Tu as tendance à te braquer à la moindre contrariété, à être moins tolérante. Mais d’un autre côté tu sais que rentrer dans la quête du « toujours mieux » ce n’est pas une solution, c’est même débile, il n’y a jamais de fin. Mais tu es également plus mûre et tu sais que chacun a ses défauts, chacun a son caractère et heureusement finalement, sinon on s’ennuierait.

Construire une relation à 30 ans, c’est aussi ce besoin d’aller vite parce que tu sais que tu ne peux plus te permettre de « profiter » pendant de longues années, avant d’envisager emménagement ou plus (c’est peut être plus vrai pour nous les filles). Mais d’un autre côté quand tu sors d’un célibat longue durée, une période où tu n’as vécu que pour toi et pensé qu’à toi, tu n’es pas forcément prêt à perdre cette indépendance d’un coup, à passer tout ton temps libre à deux. Ton passé et tes relations t’ont parfois échaudés et tu n’as pas du tout envie de précipiter les choses, tu as même clairement envie de prendre ton temps. En un paragraphe j’ai réussi à dire une chose et son inverse, comme quoi c’est vraiment compliqué de construire une relation à 30 ans!

Et puis y’a un côté matériel, concret… parfois tu vis dans une ville qui n’est pas la même que l’autre, tu n’as pas envie de quitter ton environnement, de toute façon tu as ton boulot ici, tu as ton appart, t’es même parfois propriétaire, tu as une certaine indépendance matérielle que tu as bâti seul. Alors quand tu es au début, tu ne te poses pas forcément la question, mais arrive un moment où le sujet est abordé : faire des compromis ou s’arrêter maintenant ? Quand l’attachement est là, ça devient vite compliqué !

Construire une relation à 30 ans, c’est bien mieux vaut tard que jamais!, parce que tu te connais, tu connais mieux les autres, tu es plus sur de toi, mais c’est aussi compliqué, ça fait peur. Le principal c’est que ça reste agréable à vivre 🙂

23760_517383801640443_1745806910_n_large 

Cet article m’a été soufflé par mon ex-célibataire préférée avec qui j’ai parlé de célibat pendant des mois, et avec qui aujourd’hui nous sommes passées à un nouveau sujet de conversation 😉

24 janvier 2013. Étiquettes : , , , , , . L'ancéphalogramme plat c'est pas pour aujourd'hui!, Toi + Moi = Quoi?. 34 commentaires.

Un an de célibat, ça fait grandir…

 

Il y a un an je faisais ma première sortie avec un mec rencontré sur un site internet. Ce soir-là, belle découverte, il était vraiment pas mal, le courant est bien passé entre nous, nous avons discuté pendant des heures et la soirée s’est terminée sur un bisou.

Cette relation n’a pas duré très longtemps, mais quand même, bien plus que toutes les autres que j’ai pu avoir par la suite ! Le mec n’était jamais dispo pour sortir, il ne me donnait pas vraiment de nouvelles, moi j’étais demandeuse, sûrement un peu trop. En tout cas, si c’était à refaire, je sais qu’aujourd’hui je ne réagirais plus du tout de la même façon.

Jusqu’à cette époque je n’avais jamais eu de difficultés pour rencontrer quelqu’un qui me plaisait. En général quand j’avais des vues sur un garçon c’était toujours réciproque et notre histoire durait quelques temps (parfois très longtemps).

Mais aujourd’hui, je sais que tout n’est pas si simple. Je sais que des fois tu peux apprécier la personne, mais sans plus. Que tu peux avoir envie de la voir une fois de temps en temps, mais que ta vie perso passera avant cette aventure. Ce n’est pas pour autant que tu n’as aucun respect pour l’autre. C’est juste que dans ta tête c’est un peu compliqué, et que ton cœur ne bat pas assez fort pour que cette personne prenne beaucoup de place dans ta vie.

A l’époque pour moi ce mec avait été un connard. Aujourd’hui je me dis que si on suit ce raisonnement, j’ai été une salope avec certains de ceux que j’ai pu rencontrer pour la suite. Mais pour autant je ne pense pas l’être vraiment. Je ne pense pas être une fille qui joue avec les hommes. Je pense juste que j’ai eu besoin de me trouver, de comprendre ce changement dans ma vie (je n’avais jamais été vraiment célibataire avant), et de tester des situations pour me rendre compte qu’elles ne me convenaient pas.

Je ne sais pas pourquoi j’ai réalisé ça ces derniers jours, mais avec le recul je me dis que cette année m’a permis de mieux comprendre ce qui peut se passer dans la tête de chacun. Du coup ça me fait un peu peur, parce que les histoires d’amour, enfin de rencontres, finalement c’est très compliqué et ça ne s’explique pas vraiment… mais c’est ça qui est magique 😉

29 novembre 2012. Étiquettes : , , , , , . L'ancéphalogramme plat c'est pas pour aujourd'hui!. 15 commentaires.

Page suivante »