Et pourquoi ne pas suivre ses envies?

Je vous avais expliqué que je ne savais pas dire non. Mais il y a quelques temps de ça, je ne savais pas dire oui aussi… le jeu du ni oui, ni non, tu connais? C’était ma vie !

Aujourd’hui, plus précisément depuis près d’un an, j’ai changé ma façon de voir les choses. J’ai envie de profiter de la vie, de vivre pour moi, d’être un peu égoïste et de savoir dire oui quand ça me fait plaisir. Je fais désormais beaucoup de choses sur un coup de tête, je n’ai plus peur d’être fatiguée, overbookée, ridicule, seule. Je profite de chaque petit moment, et j’essaye d’en vivre un maximum.

Si tu me dis : ce soir je passe te prendre chez toi et on part au bord de la mer pour y passer la soirée. Je te répondrai : oui! Avant je me serais dit « non je vais être fatiguée demain, il y a le boulot, ouais bof ». Maintenant, je pense simplement « trop bien! ». Si je ne vis pas maintenant des moments comme ça, quand est-ce que je le ferai? La fatigue, on s’en fou, c’est dans la tête, et surtout ne me parlez pas d’âge, je n’y crois pas non plus. Avant je me croyais marmotte, maintenant je me rends compte, que non, je n’ai pas besoin de tant de sommeil. Et puis réellement, si je suis fatiguée y’a un remède :

Si tu me dis : eh je suis dans le coin, ça te dit qu’on se voit? Avant je me serai dit « non ce n’est pas comme ça que j’avais prévu ma soirée ». Et alors? Les plans ça se change! J’aurai tout le temps, plus tard, de programmer mes soirées avec Julien Lepers à 18h, la soupe à 19h, David Pujadas à 20h, et surtout au lit pas après 22h!

Si je me fais aborder dans la rue par un inconnu, je ne vais plus forcément le voir comme un gros lourd (bon ce n’est pas vrai si c’est à base de « eh mamselle, t’es bonne, t’as pas un 06? »), mais plus comme un « pourquoi pas après tout, ça peut être le bon ». Jusqu’à maintenant, ça n’a pas été le cas, mais why not…

 Désormais, j’ai donc décidé d’arrêter de refuser des sorties par flemme, par peur de l’inconnu, par envie d’être seule. Et je constate que je me sens nettement mieux quand je suis entourée, pleine de vie quand mon emploi du temps est rempli, et excitée quand je vais vers des situations que je ne connais pas. C’est donc grâce à cette façon de voir la vie qu’aujourd’hui je pète tout le temps la forme, je me sens bien et heureuse!

Publicités

26 novembre 2012. Étiquettes : , , , , , . Et sinon tu fais quoi dans la vie?, Steph et les hommes. 28 commentaires.

Le fantasme du train

Pas d’histoire de fesses aujourd’hui, les toilettes du train ne font pas partis de mes fantasmes pour faire l’amour (déjà fait et pas envie de le refaire! L’avion par contre…)

Et ben voilà moi qui partais pour vous faire un article so romantique, ça commence bien!

Allez on oublie ce que je viens d’écrire 😉

20121104-200802.jpg
Ça fait deux week-end de suite que je me fais des petites escursions en France. A chaque fois que j’attends le train qui m’emmènera vers ma destination, je me mets à rêver que le numéro sur mon billet est celui de la place voisine d’un beau jeune homme. Et pas n’importe quel bogoss : l’homme de ma vie! Rien que ça oui! Je vous rappelle je suis une fille, élevée aux contes de fées puis aux films de filles 🙂

Alors que je m’installerai confortablement sur mon siège, sortant mon livre et mes écouteurs, débarquerait à la dernière minute un charmant jeune homme… Évidemment il craquerait aussitôt pour moi et ne sachant comment m’aborder il me proposerait de partager avec lui sa canette de 1664! (J’aime les choses simples vous savez, enfin la 16 c’est pas ce que je préfère non plus) Pour améliorer notre premier verre ensemble je lui proposerai quelques chips fades et bien grasses. Au bout de longues minutes de discussion, nous nous rendrions compte que nous sommes fait l’un pour l’autre. Sa main grasse (a cause des chips) viendrait se poser sur ma douce main, grasse aussi. Nos regards quelques peu brillants à cause des bières (oui monsieur transportait un pack sur lui) se croiseraient et ne pourraient plus se quitter. Alors nous nous embrasserions à pleine bouche mélangeant nos salives bière/chips, durant de nombreuses minutes de roulage de pelles. Nous finirions peut-être dans les toilettes mais ça l’histoire ne le racontera pas. Ce qui est sur c’est que ce trajet en train serait le début d’une grande, belle et longue histoire d’amour 🙂

Jusqu’à maintenant mon fantasme ne s’est pas réalisé, mais je ne désespère pas (quoique ce soir je m’en sors pas trop mal, sauf que je suis dans un vieux train avec des compartiments à 6 places, donc niveau intimité c’est pas gagné). Heureusement ayant pris une carte de réduction à la SNCF je compte bien réaliser de nombreux voyages dans toute la France durant l’année et plus si affinités 😉

20121104-200704.jpg

4 novembre 2012. Étiquettes : , , , , . Steph et les hommes. 17 commentaires.

Tu veux que je t’explique le célibat?

Honnêtement, même si je suis célibataire longue durée, ma vie est plutôt réussie. Ma carrière se déroule assez bien, je suis propriétaire d’un appart à Paris (bon ok à quelques kilomètres), je suis entourée de ma famille, de mes amis, je fais de nombreuses activités qui me plaisent. Dans l’ensemble ça va plutôt bien pour moi. Et maintenant que vous commencez à me connaitre vous savez que ma vie est plus souvent faite de hauts que de bas, et je préfère voir les choses du bon coté, et je souris souvent (enfin ça vous le saviez peut-être pas mais je vous le dis c’est rare que je n’ai pas le sourire aux lèvres).

Malgré tout, le célibat est bien là et il n’est pas tous les jours facile à vivre, ni à comprendre par les autres.

Oui je suis une fille top (je ne fais que répéter ce que m’a dit un ami aujourd’hui) qui aime sa vie.

Mais je suis aussi une fille qui n’a personne à qui penser chaque jour. Je suis une fille qui n’aime plus depuis plus d’un an. Le soir quand je rentre chez moi il n’y a personne à qui je vais raconter ma journée, il n’y a personne qui connait chacun de mes collègues par cœur, chacun de mes amis dans les moindres détails et ce qu’ils auront fait pendant la journée. Il n’y a aucune oreille qui m’écoutera attentivement sur l’oreiller quand j’aurai besoin de confier mes états d’âme, les choses qui m’auront énervé ou fait plaisir dans ma journée. Il n’y a aucun bras qui me prendra pour me réconforter ou me dire simplement « je suis là ».

Et je suis également une fille qui n’a pas une personne qui pense à elle chaque jour, une personne qui l’aime, je ne suis la confidente, l’oreille ou les bras de personne…

Alors tout ça par moment c’est pesant, ça me manque.

Mais ça finira par changer je le sais 😉

1 novembre 2012. Étiquettes : , , , , . Steph et les hommes, Steph se pose des questions. 30 commentaires.

Page suivante »